Aller au contenu principal

Difficultés d’accès aux services de soutien à l’apprentissage de la langue pour les personnes étudiantes allophones issues de l’immigration récente

Cette recherche-action s’intéresse à un objet encore peu étudié, du moins à l’enseignement supérieur collégial : l’adéquation entre les besoins perçus des personnes allophones issues de l’immigration récente vis-à-vis de la langue d’enseignement, l’ interprétation desdits besoins par le personnel professionnel des cégeps et, finalement, les services réellement offerts. Elle vise à mieux comprendre, d’une part, le vécu et les besoins d’une frange de la population étudiante du collégial vis-à-vis de la langue d’enseignement, à savoir les nouveaux arrivants allophones, et d’autre part, à comprendre l’expérience professionnelle des personnes intervenantes les accompagnant. Le tout, en créant un dialogue entre les différentes parties. Elle impliquera des personnes allophones issues de l’immigration récente, des personnes professionnelles œuvrant dans les services d’adaptation scolaire et des personnes enseignantes travaillant dans les centres d’aide en français dans une démarche interprétative.

Objectifs :

  • Identifier, à partir du point de vue situé des personnes allophones issues de l’immigration récente du collégial, les besoins d’accompagnement vis-à-vis la langue d’enseignement.
  • Dresser un portrait des services de soutien relatifs à la langue d’enseignement mis à la disposition des personnes allophones inscrits en formation préuniversitaire et technique dans le réseau collégial.
  • Proposer des mesures qui répondent aux besoins des personnes allophones et favorisent leur réussite
    éducative dans une perspective d’inclusion et d’égalité des chances.

Méthode :

la démarche méthodologique de ce projet s’inscrit dans la grande famille des recherches-actions, plus précisément des recherches-actions participatives. Ce type de recherche intègre « action et réflexion, théorie et pratique, en participant avec les autres à la recherche de solutions pratiques » (Reason et Bradbury, 2013, p.4). Ce choix se justifie par l’importance qu’elle accorde aux personnes participantes, aux possibilités émancipatrices qu’elle offre et aux visées concrètes de transformation institutionnelle et sociale qu’elle poursuit (Anadón, 2007). Des techniques de collecte et d’analyse de données issues de la recherche sociale telles que le questionnaire, les entretiens semi-dirigés et de groupe, à l’intérieur du modèle de recherche-action en six étapes de Dolbec et Prud’homme (2009) seront intégrées au projet.

Financement :

Ce projet est financé par le Fonds de recherche du Québec – Société et culture dans le cadre du programme de Relève professorale de 2023-2026.